AFRAM

Editorial

L’AFRAM dont l’acronyme tire sa formulation et sa force des apports nord-américains, européens, notamment de l’approche des business schools américaines et européennes, appliquée à un environnement africain, est l’une des premières institutions privées de l’enseignement du management depuis sa création en 2003. sa réputation, fondée sur la rigueur de son enseignement aussi bien auprès des entreprises et des administrations que des dirigeants, est depuis lors sans conteste et lui a valu ces dernières années d’être l’établissement d’accueil du plus grand nombre de boursiers de l’agence nationale des bourses du gabon (anbg).

de même nos diplômés se targuent de détenir le sésame aFram et font honneur aussi bien là où ils exercent que là où ils ont poursuivi leurs études, quel que soit le pays, grâce à une approche pédagogique permettant de s’ajuster aux besoins du marché et aux exigences du système lmd.

En 2016, nous n’avons pas été épargnés par la crise qui frappe l’Etat, la spéculation immobilière et certains maux tels l’injustice, les combines ou la délation qui gangrènent notre société envers ceux qui osent… réussir. malgré les affres de ces aléas, nous avons pu accompagner l’ensemble de nos étudiants jusqu’à la fin de leurs différents cycles de formation, en marge des chahuts qui nous vouaient aux gémonies ; ce qui fut extraordinaire et exceptionnel, lorsqu’on sait comment et combien d’autres établissements peinent à s’arrimer à l’orthodoxie des enseignements et à boucler des cycles académiques.

on nous a crus effacés de la carte…

c’est l’occasion d’exprimer toutes notre gratitude aux collaborateurs déterminés à poursuivre l’œuvre aFram, aux étudiants, aux parents de ceux-ci, aux enseignants, aux partenaires qui ont continué de nous accorder leur confiance durant le contexte trouble de ces deux dernières

années. il serait injuste de ne pas avoir à souligner, là encore, fait exceptionnel, le soutien de certains confrères, les encouragements, aussi, de la presse et de certaines bonnes volontés, tous ces témoignages émouvants et féconds qui nous ont permis de surmonter cette situation et faire face au défi de l’existence, en raison des résultats engrangés les années antérieures et qui, malgré tout, font toujours de l’aFram un établissement de référence.

De cette expérience, des savoir-faire ont germé et celle-ci est plus que jamais consolidée en matière d’enseignement dans le contexte actuel des nouvelles dispositions relatives à l’attribution des bourses aux étudiants et à la publication des recommandations de la task Force sur l’éducation en matière de formation remises au chef de l’Etat, le 14 septembre 2018. suggérant entre autres, outre près de 1 250 milliards de francs cFa d’investissement en infrastructures-structures, la diversification des filières et l’adéquation formation- emploi, l’aFram se voit disposée à contribuer, à sa manière, à l’atteinte de ces objectifs.
Il est évident, au regard des vicissitudes prégnantes ces dernières années, et en raison de la pléthore des effectifs, des programmes ou années académiques inachevés, du nombre croissant de bacheliers, l’insuffisance d’infrastructures, que le secteur public, à lui seul, ne pourra pertinemment répondre aux attentes tant formulées !
En effet, malgré son fort taux de scolarisation estimé à 96,4%, classé parmi les meilleurs en afrique, le gabon présente plusieurs pesanteurs qui sinistrent son système éducatif notamment : l’inefficacité de l’investissement public, les grèves à répétition, le taux de redoublement élevé, la part des dépenses réservées à l’Education (8-10% en 2010-2014 reste inférieure aux 15-20% recommandés aux Etats-membres lors de la déclaration d’icheon (bureau de l’unesco à libreville, le 24 août 2018).

Ce catalogue qui renferme de nouvelles offres de programmes, résulte de la prise en compte de ces attentes, singulièrement, celle de la diversification des filières et de l’adéquation formation-emploi, recueillies grâce aux experts nationaux sollicités et au réseau de partenaires internationaux (nord-américains, européens et africains) rompus au transfert de technologie dans l’Enseignement. cette ouverture permanente sur le monde et l’analyse des réalités nationales, permettent de proposer à nos jeunes compatriotes des programmes de formation qui offrent des débouchés en concordance avec les évolutions sociétales, largement influencées par la nouvelle Économie.

Ce catalogue qui renferme de nouvelles offres de programmes, résulte de la prise en compte de ces attentes, singulièrement, celle de la diversification des filières et de l’adéquation formation-emploi, recueillies grâce aux experts nationaux sollicités et au réseau de partenaires internationaux (nord-américains, européens et africains) rompus au transfert de technologie dans l’Enseignement. Cette ouverture permanente sur le monde et l’analyse des réalités nationales, permettent de proposer à nos jeunes compatriotes des programmes de formation qui offrent des débouchés en concordance avec les évolutions sociétales, largement influencées par la nouvelle économie.

De cette ouverture de l’AFRAM sur le monde et de la connaissance des écosystèmes de l’éducation et de l’Emploi au Gabon, l’offre de formations s’est élargie au-delà du management, notre domaine de prédilection. En effet, à partir de la prochaine année académique, conformément à notre stratégie 20 20, de nouvelles formations jusque-là dévolues aux établissements publics feront désormais partie de nos programmes : droit, économie, E-business, informatique, management des métiers du multimédia, systèmes informatiques et logiciels, arrimés au système LMD pour une meilleure employabilité de nos diplômés qui devraient pouvoir s’ajuster aux besoins du marché par leur fiabilité. une habileté permettant de mieux répondre aux besoins des différents types d’entreprises et des organisations en général en leur offrant des débouchés aussi bien dans leur environnement local qu’au plan international.

Apprendre à l’AFRAM, c’est rejoindre un leader pour préparer son avenir, car « Demain se prépare maintenant » !